Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"je dirais que la résolution d’un conflit avec vos collègues n’est pas une question de victoire ou de défaite, mais surtout de compromis, qui doit vous permettre de continuer à travailler ensemble et à vous de vous sentir bien dans la durée, là où vous passez une majeure partie de vos journées." Joyeux lundi chers lecteurs!

"je dirais que la résolution d’un conflit avec vos collègues n’est pas une question de victoire ou de défaite, mais surtout de compromis, qui doit vous permettre de continuer à travailler ensemble et à vous de vous sentir bien dans la durée, là où vous passez une majeure partie de vos journées." Joyeux lundi chers lecteurs!

Bonjour à tous!

Je débute aujourd’hui une nouvelle série d’articles que j’appellerai « Vie de bureau ».

Vivre avec un collègue de travail toxique ?

S'éloigner des personnes toxiques? Plus simple parfois que d'apprendre à les gérer! Au travail toutefois, nous sommes amenés à devoir travailler et parfois même à concrétiser des travaux de groupe avec elles. Comment faire pour ne pas en souffrir quand on a peu confiance en soi?

Galerie de portraits de collègues toxiques… Connaissez-vous un…

démotivé?

L’un des pires collègues de travail est le démotivé, négatif, qui réalise son travail de manière peu efficace. La personne démotivée se plaint, effectue le strict minimum, ressasse le négatif, décourage les autres…

rapporteur?

Présent dans toutes les entreprises, ce collègue est un des plus dangereux! Ragots et rumeurs sont son terrain de chasse adoré. Mauvaise langue, il use d’une fausse sympathie pour récolter un maximum d’information qu’il pourra ensuite rapporter à son gré, de manière transformée, évidemment.

Le lieu de travail est idéal pour le commère qui passe son temps à commenter et informer les autres. Parfois, il agit comme un «espion» et informe son supérieur de détails non importants mais tellement nuisibles aux autres. Friand des malaises et disputes, il crée la zizanie à coup d’insinuations, de remarques sous capes… Je suis sure que vous pensez à quelqu’un…

râleur?

Eternellement insatisfait, il se plaint perpétuellement à qui veut bien l’entendre et trouve quelque chose à redire sur tout. Il monopolise la parole, intervient de manière inintéressante en réunion, il enchaîne critiques sur critiques sans proposer de solution. Peu nuisible, il est toutefois bien pénible à supporter!

angoissé?

C’est un pessimiste. Parlant très vite, il court, brasse, sans grande utilité. Il multiplie les erreurs ou les gaffes et peut être réellement «nocif» en entreprise. Son stress peut être communicatif.

protagoniste?

Voilà une personne qui cherche toujours à être le centre de l’attention. Elle prend possession des conversations et impose son point de vue. Très compétitive, elle est prête à tout pour atteindre ses objectifs personnels avant tout. Elle mène son plan d’action personnelle.

informel?

L’informel ne respecte jamais les échéances. Il est toujours en retard dans son travail, aux réunions, etc.

compétiteur?

Sa compétitivité est sans limite! Ne laissez jamais échapper une bonne opportunité, il se l’accaparera. Il est toujours à l’affût pour s’approprier les mérites d’autrui, pour se faire bien voir auprès de ses supérieurs. Il signera ou présentera seul un document que vous avez préparé en binôme ou obtenu grâce à vos relations. Très difficile à gérer quand on a peu de confiance en soi.

inverseur?

Il reproche à l’autre ce qu’il a lui même causé. Ce n’est jamais de sa faute. Votre ordinateur lui a échappé des mains dans la précipitation? C’est votre faute! Il fallait lui donner plus délicatement alors qu’il vous pressait de lui prêter avant la réunion.

coléreux?

Le coléreux paraît toujours hyper occupé. C’est pour cela qu’il ne vous dira jamais bonjour et ne vous fera pas de geste aimable. Il n’aime pas travailler en groupe. Côtoyer une personnalité colérique peut vous pomper toute votre énergie. La crise de colère est souvent déclenché par un malentendu ou une situation tout à fait banale. Ce genre de personne est souvent traversé par un grand nombre de pensées négatives qui la déboussolent. En fait, il peut avoir peur au fond de lui même.

adversaire?

C’est une personne qui n’est jamais d’accord avec les opinions ou les décisions des autres. Trouver un accord avec elle? C’est une mission quasi impossible en travail de groupe.

Alors comment se protéger face à un collègue toxique ?

Suivez votre instinct!

Faites confiance à votre alarme interne qui sonnera chaque fois que vous constatez que vous êtes en situation inconfortable. Dites-vous alors que les dés sont pipés. Ne tombez pas dans le piège des réactions classiques. Ne vous embourbez pas dans une discussion ou un jeu relationnel qui vous dépasse.

Commencez toujours les relations avec les yeux grands ouverts.

Les personnes toxiques sont habiles pour cacher leurs défauts. N’accordez pas votre confiance immédiatement. Evitez de fous épancher ou de raconter votre vie privée.

Prenez des engagements avec prudence.

Choisissez si possible les personnes avec lesquelles vous devez travailler en groupe par exemple.

Acceptez et réfléchissez

Nous devons parfois accepter, et prendre conscience que nous ne pouvons rien faire pour que cela change. Si cela vous affecte vraiment et que vous n’arrivez pas à l’éviter, réfléchissez aux raisons pour lesquelles cela vous affecte tant.

Restez calme!

Ne vous laissez jamais emporter par vos émotions lorsqu’un collègue vous aborde de manière agressive. Restez maître de vous et faites-lui savoir que vous souhaitez discuter calmement et si possible sans tiers.

Ne cherchez pas ce que vous avez pu faire de mal, ne réfléchissez pas à la logique ou à l'illogisme de ses propos.

En cas de conflit, restez calme, même si certaines personnes essayent de vous pousser à bout. Ne vous laissez pas faire pour autant et conservez toujours votre dignité.

Faites preuve de force mentale. Ne vous abaissez pas.

Une situation provocante peut parfois tourner aux hostilités. Ne vous laissez pas entraîner dans cette spirale négative. Pas de violence au bureau. Vous trouverez de nombreux articles et études sur la violence et le harcèlement au travail. N’enclenchez pas le processus.

Ne devenez pas vous même un commère!

Ne cancanez jamais sur le dos de collègues difficiles. Les commérages n’aboutissent à rien et gaspillent votre énergie inutilement. Dès que vos collègues auront vent de ces ragots, ils les utiliseront pour relancer la discussion… contre vous.

N'entrez pas dans le jeu d’un collègue difficile

Dans le monde professionnel se joue souvent une stratégie subtile. Ces discordes et enfantillages sont souvent la conséquence d’un comportement malveillant, ambitieux, narcissique. Cherchez par exemple la cause sous-jacente de la provocation.

Certains collègues prennent un malin plaisir à vous provoquer en présence d’autres, pas spécialement pour vous diminuer mais surtout pour se valoriser. Mettez immédiatement fin à ce genre de situations. Ne subissez pas. Ne restez pas victime.

Changez de point de vue!

Essayez de prendre les choses avec humour et vivez cette situation comme un enseignement de ce que vous ne devez pas faire.

Ne cherchez jamais l’approbation des collègues toxiques, vous leur donneriez du pouvoir, tout en vous dévalorisant.

La sortie par l’humour peut être très efficace.

Pratiquez l’art de l’apposition

L’apposition, laisse coexister deux points de vue différents et sauvegarde la qualité relationnelle.

Il n’est pas rare de côtoyer des personnes qui veulent absolument avoir le dernier mot. Dans ce cas, rien ne sert de s’opposer à l’autre, même s’il est dans son tort.

Pratiquer l’apposition, en mettant les deux avis contraires sur le même pied, est nettement plus satisfaisant au niveau relationnel. Vous conservez ainsi votre capacité d’expression et aboutissez à une sorte de compromis qui vous respecte. Il n’y pas de tentative de convaincre l’autre, de faire pression sur lui. Si l’autre veut à tout prix vous convaincre, c’est à vous de ne pas entrer dans son jeu.

« - Oui, je t’ai bien entendu. Je te demande de ne pas insister. Mon idée est différente. »

Affronter

Nous sommes des êtres humains. Certains ont plus d’égo que d’autres et développent donc davantage de conflits. Faites rapidement savoir aux autres qu’il est hors de question de vous prendre pour cible.

Il est souvent impossible de changer le comportement des autres. Mais vous pouvez modifier votre approche de leur comportement.

Une bonne façon d’arrêter un commère est par exemple de le mettre face à ses responsabilités et de le démasquer. Une des solutions peut être de lui répéter ce que l’on vous a rapporté. Evitez l’affrontement direct, interrogez plutôt.

Permettre à l’autre de s’exprimer

Vous pouvez tenter d’emmener la personne à procéder à une introspection : pourquoi réagit-elle ainsi ? Quelles sont ses motivations ? A-t-elle l’impression d’aller quelque part avec ses crises ?

Cette démarche peut lui faire comprendre que son entourage souffre de ses réactions et qu’elle doit apprendre à se détendre.

Une de mes collègues proposait aux collègues désireux de se détendre des séances de sophrologie, après le travail en salle de pause. Cela rendait l’état d’esprit plus positif, soudait le groupe dans un environnement professionnel hyper stressant.

Conservez vos sentiments, vos émotions pour vous!

N’exposez jamais vos émotions sur votre lieu de travail. Vous pouvez évidemment agir de la sorte à l’extérieur mais en milieu professionnel, cela se retournera tôt ou tard contre vous.

J’accompagnais en réinsertion une personne qui n’avait pas travaillé depuis longtemps pour différentes raisons liées à son parcours de vie. Cette personne s’est « confiée » pour être bien vue par le groupe. Ses confidences ont été transformées en commérages et le responsable de l’entreprise a du mettre fin au contrat.

Ne laissez pas pourrir une situation inconfortable!

Quoi qu’il se passe, ne laissez jamais le problème s’envenimer. Plus loin vous irez dans les provocations, plus la situation deviendra à la longue insupportable. Mettez fin aux provocations le plus rapidement possible.

Pas de violence verbale ni physique comme je l’ai déjà évoqué. Votre lieu de travail n’est pas un ring de boxe et avoir recours à la violence physique ne ferait que démontrer que vous n’êtes pas maître de la situation. Ces situations tendues et inconfortables ont lieu non seulement entre collègues mais aussi entre salariés et usagers. Mettez vous en retrait, réfléchissez, prenez du recul.

Musclez votre confiance en vous chers lecteurs!

Votre confiance en vous constitue un élément-clef pour éviter les conflits en milieu professionnel. En effet, les personnes qui manquent de confiance en elles vont parfois s’imaginer des conflits qui n’en sont pas. Parlez et entretenez de bonnes relations avec tous vos collègues pour évacuer ce sentiment d’incertitude.

Osez vous affirmer en toutes circonstances : que vous ayez affaire à un donneur de leçons, à un coléreux, à un sournois ou à un opportuniste, si vous êtes sûr de vous, aucun d’entre eux ne vous atteindra.

Et si c'est votre manager est une personne toxique?

Votre patron a un emploi pour vous, mais vous vous avez votre carrière et votre épanouissement personnel à gérer.

Ne laissez pas un patron toxique vous démoraliser dans la durée ou vous faire dérailler de votre cheminement de carrière. Faites face pour des périodes transitoires, temporaires, nécessaires.

Cherchez à vous former, développez votre employabilité et trouvez un nouvel emploi dans une atmosphère qui vous parait plus saine ou sereine.

Attention toutefois aux apparences. Il est souhaitable de travailler votre communication pour ne pas souffrir à nouveau quand un nouveau patron toxique apparaitra… dans votre nouveau travail.

En conclusion je dirais que la résolution d’un conflit avec vos collègues n’est pas une question de victoire ou de défaite, mais surtout de compromis, qui doit vous permettre de continuer à travailler ensemble et à vous de vous sentir bien dans la durée là où vous passez une majeure partie de vos journées.

Je suis à votre disposition pour travailler sur tous ces champs avec vous.

Bien à vous chers lecteurs,

Charlotte Fix

Partager cet article

Repost 0