Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lilian, vainqueur The Voice 2015. Photo Charlotte Fix . The Voice, la plus belle voix est une émission de télévision française de télé-crochet musical diffusée sur TF1 depuis février 2012.

Lilian, vainqueur The Voice 2015. Photo Charlotte Fix . The Voice, la plus belle voix est une émission de télévision française de télé-crochet musical diffusée sur TF1 depuis février 2012.

Le pouvoir de la musique

 

 

De l'Antiquité à nos jours, de nombreux philosophes, historiens et scientifiques ont écrit et parlé de l'efficacité de la musique comme thérapie.

 

La théorie chinoise des cinq éléments daterait du deuxième millénaire avant notre ère et serait apparue dans un petit traité, sans doute le plus ancien de la philosophie chinoise : le Hong-Fan. Ce traité, expliquait notamment le lien entre les notes et les viscères, et comment celles-ci «produisent des impressions profondes, changent les usages et transforment les mœurs».

 

 

En Occident, vers 1950, la musicothérapie apparait de manière formelle. Les sons et les rythmes deviennent des instruments pour augmenter la créativité, reprendre contact avec soi et retrouver la santé. On s’intéresse beaucoup aux pouvoirs de la musique après la guerre pour guérir les soldats.

 

Rolando Omar BENENZON, psychiatre et psychanalyste, musicien et compositeur, est l’un des plus grands pionniers mondiaux de la musicothérapie. Il est membre fondateur de la première Faculté de Musicothérapie, à Buenos Aires, il y a plus de 30 ans.

 

 

La musique agit sur le système nerveux central. Elle participe à la gestion du stress.

 

La musique est aussi un outil de croissance personnelle, qui permet d’accroître le dynamisme et d’améliorer les capacités cognitives (attention, mémoire), psychomotrices (agilité, coordination, mobilité).

 

En Californie, le physicien Gordon Shaw et la psychologue Frances Rauscher ont mené une expérience auprès d’une cinquantaine d’enfants de 3 et 4 ans, répartis en trois groupes. Pendant huit mois, le premier groupe d’enfants a reçu des cours individuels de piano et de chant ; le second, des cours d’informatique; le troisième n’a reçu aucune formation spécifique. Au bout de 8 mois, le groupe musical s’est montré bien meilleur pour résoudre des puzzles. Au test d’intelligence spatio-temporelle ce groupe a réalisé un score de 80% supérieur à celui du groupe non musical.

 

Musicothérapie « réceptive » et musicothérapie « active »

 

La musicothérapie réceptive a pour objectif de faire travailler l’imagination du patient. Elle est fondée sur l'écoute d'extraits musicaux ou de sons. Le programme sonore est établi après un entretien et un test de réceptivité musicale. Elle a une visée provocatrice. Elle cherche en effet à déclencher des émotions précises chez le patient grâce à la musique afin d’accéder à un dialogue et à une aide.

 

Les musiques choisies (avec paroles s'il y a lieu) évoluent au long de la thérapie pour se rapprocher de plus en plus de la problématique du patient dans le but final de la résoudre.

 

Chez les malades d’Alzheimer par exemple, le thérapeute fait appel à leur mémoire limbique (mémoire des émotions que conservent les souffrants d’Alzheimer) en diffusant des chansons liées à des souvenirs personnels particuliers. Les écoutes font fonctionner l’imagination des patients, leur évoquent des souvenirs, des images, des histoires, des émotions. L’apprentissage et la mémorisation de morceaux de musique participent à la rééducation de la mémoire. La musique peut recréer des connexions cérébrales et nerveuses qu’on pensait défaites.

 

 

La musicothérapie « active » regroupe toutes les formes d’expression musicale et corporelle, tous les instruments et tous les gestes ayant pour but l’expression de soi. Le sujet devient créateur et s'exprime à travers la musique et les sons. Les exercices sont variés, selon les besoins du patient. Aucune compétence musicale n’est exigée. Ces techniques permettent aussi l’expression de sentiments refoulés.

 

La musicothérapie active a aussi une influence physiologique (rééducation physique…). Le jeu sur les instruments permet aux personnes qui ont des troubles moteurs d'améliorer la coordination de leur motricité fine et globale.

 

Le chant améliore l’articulation, le contrôle respiratoire. Dans les séances en groupe, les personnes développent une plus grande conscience des autres en chantant ensemble.

 

La composition est utilisée pour faciliter le partage de sentiments , d'idées et d’expériences. On pensera à certaines expériences en milieu hospitalier.

 

Initier les enfants à la musique

 

Daniel Levitin est un neuroscientifique de réputation mondiale. Il a travaillé dix ans dans l'industrie du disque, où il a collaboré, entre autres, avec Stevie Wonder et Eric Clapton. Il est l'auteur de l'ouvrage "De la note au cerveau : L'influence de la musique sur le comportement" (janvier 2010). Il raconte une expérience menée en Grande-Bretagne avec des bébés. Cette expérience a démontré que, un an après leur naissance, les nourrissons reconnaissent et aiment la musique à laquelle ils ont été exposés dans l'utérus de leur mère (Vivaldi, Backstreet boys, UB40).

 

 

S’il n’y a pas d’âge pour apprendre à écouter, il faut peut être commencer par des œuvres simples et varier les styles pour voir leurs préférences. Les spécialistes s’accordent sur Mozart pour les enfants!

 

Quelques suggestions pour les enfants:

Tchaikovsky - Casse-Noisette, Danse de la Fée Dragée

Saint-Saëns - Le Carnaval des Animaux, Fossiles

Schumann - Album pour la Jeunesse (10)

Schumann - Scènes d'enfants (1)

Mozart - Sonate pour Piano n° 11 "Alla turca"

Mozart - Concerto pour Clarinette en La, (1. Allegro)

Mozart - Sérénade en Sol, "Eine Kleine Nachtemusik"

Bach - Suite française n°3 en si mineur (Allemande et Menuet)

Vivaldi - Concerto Grosso en Ré mineur, Op. 3 n°11 (3. Allegro)

Prokofiev - Symphonie n°1 "Classique", en Ré

Mozart - Concerto pour piano n°23 (1. Allegro)

Bach - Suite n°2 en Si mineur (badinerie)

Debussy - Préludes, La Fille aux Cheveux de Lin

Mozart - Les Noces de Figaro, Acte II, "Voi che Sapete"

 

 

A chacun sa musique!

 

Daniel Levitin s'intéresse aux raisons inconscientes qui nous font apprécier certaines chansons plus que d’autres. Il explique que pour qu'un morceau nous plaise, il faut qu'il soit  quelque peu imprévisible. Par exemple dans la chanson Yesterday, les Beatles nous surprennent inconsciemment. Les accords sont basiques, comme dans la plupart des chansons des Beatles, mais la « carrure » présente une tournure inhabituelle pour un couplet : 7 mesures à 4 temps. La carrure est le « cadre » rythmique, composé d'un nombre donné de pulsations, généralement 4 ou 8, en fonction duquel évolue le dessin rythmique d'une musique. Notre cerveau conditionné, attendrait donc ici une 8e mesure qui ne viendrait pas.

 

 

Notre structure psychique est elle aussi influencée par la musique. Depuis des années, des chercheurs tentent d’établir une relation entre les types psychologiques et les formes musicales… Les études statistiques révèlent toutefois que deux personnes aux tempéramentx « identiques » peuvent avoir des goûts musicaux très différents. En effet, c’est notre milieu familial et culturel qui façonne nos goûts.

 

La musique et vous?

 

La musique semble donc avoir de nombreux bénéfices:

favoriser l’apprentissage d’une langue, faciliter l’apprentissage de la lecture, libérer les émotions, donner le sens de l’effort, stimuler la mémoire…

 

Qu'en est-il pour vous? 

Quelle musique écoutez-vous? Que chantez-vous? 

Quelle musique, pour quelle activité, pour quelles émotions?

Quelle est votre play list favorite?

 

Chacun trouvera donc « sa » musique et pourquoi pas la manière de la pratiquer pour son bien être.

 

Je vous souhaite une bonne écoute ce week end et une bonne semaine!

 

Charlotte Fix

 

Partager cet article

Repost 0