Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 L'écriture c'est le cœur qui éclate en silence. Christian Bobin dans L’épuisement L'écriture c'est le cœur qui éclate en silence. Christian Bobin dans L’épuisement L'écriture c'est le cœur qui éclate en silence. Christian Bobin dans L’épuisement

L'écriture c'est le cœur qui éclate en silence. Christian Bobin dans L’épuisement

Bonjour

J’ai décidé aujourd’hui de vous présenter Christian Bobin. Certains de ses écrits, courts, m’interpellent parfois.

Partage du jour sur cet auteur…

Christian Bobin est né au Creusot en Saône-et-Loire en 1951 où il demeure en bordure de forêt. C’est est un écrivain et poète français. Il écrit des textes courts, poétiques, parfois énigmatiques, qui nous invitent à réfléchir. Il est aussi très controversé par certains critiques. Vous vous ferez vote propre opinion.

Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin au réveil.

Christian Bobin

Ses publications

Une cinquantaine

Ses premiers textes, marqués par leur brièveté datent des années 1980.

Il publie son premier livre, "Lettre pourpre" (Editions Brandes) en 1976.

Christian Bobin se fait remarquer en 1985 avec la parution de Souveraineté du vide (Gallimard).

Il commence à connaitre le succès à partir notamment d'Une petite robe de fête (1991).

En 1992, il devient plus connu, grâce à un livre consacré à saint François d’Assise: Le Très-Bas (Grand Prix catholique de littérature et Prix des Deux Magots. ).

Il publie en 1996 La Plus que vive, hommage rendu à son amie Ghislaine partie trop tôt et brutalement.

Les maisons sont comme les gens,

elles ont leur âge, leurs fatigues, leurs folies.

Ou plutôt non: ce sont les gens qui sont comme des maisons,

avec leur cave, leur grenier, leurs murs et,

parfois, de si claires fenêtres donnant sur de si beaux jardins.

Christian Bobin

Sa vie

Après avoir étudié la philosophie, il a travaillé pour la bibliothèque municipale d’Autun, à l’Écomusée du Creusot et a été rédacteur à la revue Milieux; il a également été infirmier psychiatrique.

Son inspiration

Ses thèmes de prédilection sont le vide, la nature, l'enfance, les petites choses de la vie, les livres, le silence, la solitude, qu’il cultive.

A la question « Comment écrivez-vous? » dans une interview de l’Express, il répond:

« Je vais faire un léger détour pour vous répondre. Je pense que l'écriture est un travail de guérison. Elle a à voir avec quelque chose qui relève de la guérison. Pas uniquement ma propre guérison mais une guérison de la vie. De la vie souffrante. De la vie mise à mal par les conditions modernes. Etrangement, pour guérir il faut d'abord rendre malade. Rendre malade d'émotions, rendre malade de beauté, vous voyez ? Mon travail, si j'en ai un, est de transmettre une émotion qui m'est venue. De faire en sorte que cette émotion soit contagieuse. Je suis donc toujours dans une sorte d'"attention flottante", comme disent les psychanalystes, c'est-à-dire une attention légère et soutenue aux choses, aux gens. Et puis quand quelque chose d'exceptionnel arrive, je le recueille. »

Il est très sensible au « salut », au fait qu’il est toujours possible d’ouvrir un nouvel avenir.

« Le salut est un terme merveilleux et délicat. Il faut le prendre comme l’on prend un napperon en dentelle : du bout des doigts. Il faut le laver de toute relation de puissance. Il est toujours possible de se placer dans une situation de domination, de mettre la main sur l’autre sous prétexte de le sauver. Mais je crois fondamentalement que chacun de nous à plus à être sauvé qu’à sauver.

Ce qui compte toujours c’est le lien d’une personne à une autre. Un lien réel qui n’a rien à faire avec les écrans – qui portent d’ailleurs bien leur nom. Ce qui compte c’est la présence réelle qui me fait découvrir qu’il me manque quelque chose.

Le sens de cette vie c’est d’essayer d’aider quelqu’un ; faire de la vie d’autrui un paradis avant la grande traversée des flammes. C’est quelque chose qui nous arrache aux ténèbres du temps. Aider quelqu’un c’est comprendre que l’on est fait de la même substance que lui. »

Ecrire, donner naissance aux mots semble aider les émotions bloquées à se diffuser d’après certaines études scientifiques.

Ecrire permet de libérer les énergies intérieures.

Ecrire pour guérir?

A vous de juger par l’expérience.

L'écriture c'est le cœur qui éclate en silence.

Christian Bobin dans L’épuisement

Bonne journée

Partager cet article

Repost 0