Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Emotions: joie, peur, tristesse, colère Emotions: joie, peur, tristesse, colère

Emotions: joie, peur, tristesse, colère

Histoire issue du livre de Catherine Aimelet-Périssol: 

Comment apprivoiser son crocodile : Ecoutez le message caché de vos émotions pour progresser sur la voie du bien-être.

 

Il était une fois un vieil homme, assis près d'une oasis, à l'entrée d'une ville au Moyen-Orient.
Un jeune homme s'approcha et lui demanda :
- "Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?"
Le vieil homme lui répondit par une question :
- "Comment étaient les gens dans la ville d'où tu viens ?"
- "Egoïstes et méchants. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'étais bien content de partir."
- "Tu trouveras les mêmes ici", lui répondit le vieil homme.


Un peu plus tard, un autre jeune homme s'approcha et lui posa la même question :
- "Je viens d'arriver dans la région.  

Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?"
Le vieil homme répondit de même :
- "Dis moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d'où tu viens ?"
- "Ils étaient bons, accueillants et honnêtes. J'y avais de nombreux amis, et j'ai eu beaucoup de mal à les quitter."
- "Tu trouveras les mêmes ici", lui répondit le vieil homme.


Un marchand, qui faisait boire ses chameaux, avait entendu les deux conversations.
Dès que le second jeune homme s'éloigna, il s'adressa au vieillard, sur un ton de reproche :
- "Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes" ?
Le vieil homme lui répondit :
- "Mon fils, chacun porte son univers dans son coeur. D'où qu'il vienne, celui qui n'a trouvé rien de bon par le passé ne trouvera rien de bon ici non plus. Par contre, celui qui avait des amis dans l'autre ville trouvera ici aussi des amis loyaux et fidèles. Car vois-tu, les gens sont vis à vis de nous ce que nous projetons sur eux."

 

Nos émotions sont utiles. Elles représentent une information, qui nous est délivrée par notre cerveau reptilien. Cette partie, la plus ancienne de notre cerveau, n’a qu’une fonction, élémentaire : nous prévenir d’un danger.

 

A lire pour aller plus loin sur le sujet: 

Comment apprivoiser son crocodile et Quand les crocodiles s’emmêlent

 

 

Docteur en médecine et homéopathe, Catherine Aimelet-Périssol exerce depuis 1990 l’activité de psychothérapeute et anime des ateliers de développement personnel. 

Le cerveau reptilien, le « crocodile », comme l’appelle Catherine Aimelet-Périssol, est binaire. Il n’existe pour lui que deux possibilités :  sécurité ou danger.

 

Un danger infime, se manifeste? Il bascule en mode « émotion ». 

 

Nous avons trois besoins existentiels : 

  • sécurité, besoin d'être en confiance

  • identité, besoin de savoir qui nous sommes par rapport aux autres 

  • quête de sens, besoin de donner du sens à notre passage sur terre. 

 

Si l’un de ces trois fondamentaux est touché, notre « crocodile » nous envoie immédiatement une émotion pour nous alerter et nous faire réagir. Ces émotions et toutes leurs gammes d'expressions ont pour vocation de nous sauver. 

 

Dans un premier temps, la peur nous oblige à nous mettre en sécurité. 

 

Si elle n’est pas entendue, la colère intervient pour nous aider à réaffirmer notre identité face à l’autre. 

 

Si elle ne suffit pas, la tristesse prend le relais pour nous conduire à l’isolement, afin de mieux nous conduire à réfléchir sur le sens de notre vie. 

 

 

Tristesse, colère, peur, sont des signaux d’alarme qui nous permettent de réagir à une situation de crise de deux façons : statique ou dynamique. Soit elles nous pétrifient, soit elles nous jettent dans l’action. Soit elles nous font tourner à vide (je me recroqueville), soit elles nous poussent à agir de façon anarchique 

(suractivité).

 

Si nos besoins ne sont pas satisfaits, le crocodile se réveille et teinte de peur, de stress ou de fatigue le moindre de nos actes.

Partager cet article

Repost 0