Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Photo Charlotte Fix

Photo Charlotte Fix

Poursuivons notre voyage dans le monde de l'Analyse Transactionnelle.

 

Selon Eric BERNE, son fondateur, le sentiment que nous avons d’être autonomes, libres dans nos choix de vie, est illusoire. Là où nous avons le sentiment d’improviser, nous nous conformons selon lui, à un scénario adopté et décidé dans la petite enfance. Le scénario couvrirait tous les domaines de notre vie (professionnel, relationnel...) mais à des degrés différents. Ainsi une personne peut être épanouie dans un monde et pas du tout dans un autre. 

 

Adulte, nous ne sommes plus conscients de notre scénario ni de la vision du monde qu’impliquaient les décisions précoces de notre enfance. Les décisions prises enfant, selon cette théorie ne sont, bien entendu, plus adaptées aux problèmes spécifiques de l’adulte et doivent être progressivement retravaillées à l'aide d'un médecin ou thérapeute.

 

Nous avons déjà répertorié ensemble les messages contraignants ou drivers, transmis plutôt par la parole et repérables dans nos comportements quotidiens (surtout en période de stress).

 

Je vous propose aujourd'hui de réfléchir aux injonctions, transmises plutôt par le langage non verbal, avant 6 ans, qui peuvent nous freiner. Les permissions que nous nous donnons, nous permettent, adulte, de nous développer. 

 

Bob et Mary Goulding, ont mis en évidence, dès la fin des années 60, 12 injonctions qui apparaissent de façon récurrente comme étant à l’origine des décisions prises dans l’enfance. Les voici, avec quelques explications.

 

« N’existe pas »

Cette injonction est à l’origine, de dévalorisation et de sentiment de n’être pas digne de recevoir de l’amour. "Conduis‑toi comme si tu n'étais pas là, sois transparent, inexistant". 

 

« Ne sois pas toi-même »

Cette injonction est à l’origine de comportements qui se calquent sur le modèle déterminé par les parents "Fais comme tout le monde, tu ressembles tellement à..., ne sois pas un garçon (une fille)".

 

"Ne sois pas un enfant »

Cette injonction est à l’origine de la décision précoce qu’il ne faut pas s’amuser ou avoir du plaisir. Ces personnes ont pu entendre par exemple: « Tu es trop grand pour faire ça… », « Les grandes filles ne font pas… », « Prends soin de tes petits frères et soeurs »…

 

« Ne grandis pas »

Cette injonction est à l’origine de décisions précoces qu’il ne faut pas devenir adulte, mur, réfléchi. Elle provient de parents dont les seules valeurs sont d’être un bon père ou une bonne mère. Ils ne souhaitent pas voir leur enfant devenir grand et lui disent « Tu es trop jeune pour faire cela… ». Ils ont peur que leur enfant quitte le foyer. "Ne deviens pas un adulte, ne prends pas de responsabilités, ne reconsidère pas ce que tes parents t'ont légué".

 

« Ne réussis pas »

Cette injonction peut entrainer l'auto-sabotage. Elle provient d’un parent qui envie inconsciemment son enfant (dans son propre état d'enfant). Les messages inconsciemment passés peuvent être par exemple « Si tu deviens plus beau, plus riche, plus intelligent, plus diplômé,… que moi, je ne t’aimerai plus. » ou "ne donne pas le meilleur de toi‑même, n'utilise pas toutes capacités, pour qui te prends‑tu donc?"

 

« Ne fais pas »

Cette injonction est à l’origine d’hésitations continues face à la prise de décision voire d’attente que les autres décident pour soi-même. Elle provient d’un parent qui a peur (dans son état d’enfant) que son enfant ne se blesse, ne déclenche une catastrophe,… s’il s’éloigne et de phrases qui sont de multiples interdictions de faire. Ne prends pas de risque, ne propose rien, ne prends pas d'initiative, laisse‑moi faire.

 

« Ne sois pas important (n’aie pas de valeur à tes propres yeux) »

Cette injonction est à l’origine d’angoisse lorsqu’il s’agit de demander ce dont on a besoin ou d’occuper le devant de la scène dans un contexte donné (certaines personnes peuvent avoir reçu une injonction relative au domaine professionnel, d’autres au domaine familial…). Elle provient d’un parent qui fait passer le message à son enfant que ni lui-même, ni ses besoins ne sont importants; "Ne fais pas savoir tes succès, sois modeste...".

 

« N’appartiens pas, n'aie pas d’attaches »

Cette injonction est à l’origine de comportements solitaires, perçus comme asociaux, d’incapacité à se sentir à l’aise dans un groupe. Elle provient de parents qui eux-mêmes n’appartiennent pas à un groupe (et qui répètent par exemple : "nous sommes différents du voisinage, de la famille…"). Ces parents peuvent aussi répètent à l’enfant son caractère unique comme « Toi, tu es timide. », « Tu es différent des autres. »…

 

« Ne sois pas intime »

Cette injonction peut également s’exprimer sous la forme « Ne te fie à personne » ou « N’aime pas ». Elle est à l’origine de manque de confiance vis à vis d’autrui. Elle provient de parents qui interdisent la proximité physique, le contact avec l’enfant ou de parents absents (décès, séparation…).

 

« Ne sois pas en bonne santé »

Cette injonction est à l’origine de comportements hypocondriaques ou de maladies mentales si l’injonction est présentée dans sa variante « Ne sois pas sain d’esprit ». Elle provient de parents qui n’avaient pas beaucoup de temps et d’énergie à consacrer à leur enfant en temps normal et qui ne se sont rendus disponibles qu’une fois l’enfant malade. L’enfant a ainsi conservé l’idée qu’en étant malade, il attire l’attention de ses parents. Elle peut aussi être directement exprimée dans des phrases telles que « Il est vraiment fragile. »

 

« Ne pense pas »

Cette injonction est à l’origine de manque de clarté, de malaise au moment de la prise de décision et d’impossibilité de réflexion pouvant conduire à une solution. Elle peut être exprimée dans les variantes « Ne pense pas à telle chose (sexualité…)», « Ne pense pas ce que tu veux, mais ce que moi je veux »… Elle provient d’un parent qui ne permet pas la pensée à son enfant, la critique et la dévalorise constamment " Ne réfléchis pas, fais comme..., tu ne comprends pas, tu es bête". 

 

« Ne ressens pas »

Cette injonction est à l’origine de difficultés à ressentir les sensations physiques (la faim par exemple) et elle peut, à l’extrême, être à l’origine de psychoses. Elle peut être exprimée dans ses variantes « Ne ressens pas tel sentiment. » ou « Ne ressens pas ce que tu sens, mais ce que je sens. ». Elle provient de parents qui ont réprimé leurs sentiments et sensations. Elle peut être liée à tous les sentiments / sensations ou à certains sentiments / sensations en particulier. Elle s’exprime par des phrases comme par exemple « Ne pleure pas. », « Sois courageux. », « Mange, j’ai faim »,  

« Mets ton pull, j’ai froid »…

 

La 13ème injonction : « Ne sache pas »

Identifiée plus tard par l’analyste transactionnelle française Gysa Jaoui, qui a une théorie beaucoup plus positive. Elle met en effet l'accent sur les points forts de la personne, et propose à chacun d'évaluer où il en est par rapport aux permissions fondamentales. Ces permissions sont les inverses des injonctions.

 

"Ne sache pas" peut être exprimée dans sa variante « Ne découvre pas ». Elle provient de parents qui maintiennent leur position dominante. Elle s’exprime par des regards gênés, l’absence de réponses aux questions de l’enfant ou des phrases comme par exemple « Tu sauras plus tard. », « Ce n’est pas de ton âge. », mais aussi « Je ne veux pas le savoir » …  Il peut y avoir un lien avec des secrets de famille. 

 

L’Analyse Transactionnelle est un modèle décisionnel (scénario de vie) qui propose un certain nombre de procédures permettant d'apprendre progressivement de nouveaux choix, de "redécider". La redécision est un acte positif pour soi, dans le but de changer les choses. Il y a souvent des résistances au changement car il est compréhensible d'avoir peur de la perte qu'engendre ces nouveaux choix (être infidèle au patrimoine familial par exemple).

 

Que pensez-vous de cet article? 

Des professionnels peuvent vous aider dans ces démarches.

 

Charlotte Fix 

 

 

1.      N'existe pas !

 

 

 

Conduis‑toi comme si tu n'étais pas là, transparent, inexistant. Fais oublier ta présence.

 

 

 

2.      Ne sois pas toi‑même !

 

 

 

Fais comme tout le monde, ne sois pas original, tu ressembles tellement à..., sois passif, ne sois pas un garçon (une fille).

 

 

 

Ces deux premières injonctions sont très dévastatrices parce qu'elles touchent à l'être même de la personne, alors que les suivantes touchent plutôt le faire.

 

 

 

3.      Ne réussis pas !

 

 

 

Ne donne pas le meilleur de toi‑même, n'utilise pas toutes capacités, ne sois pas important, ne me dépasse pas, pour qui te prends‑tu donc.

 

 

 

4.      N'agis pas !

 

 

 

Ne prends pas de risque, ne propose rien, ne prends pas d'initiative, laisse‑moi faire.

 

 

 

5.      Ne sois pas important !

 

 

 

Ne fais pas savoir tes succès, sois modeste, ne prends pas de pouvoir, n'aie pas d'influence.

 

 

 

6.      Ne ressens pas !

 

 

 

Ne sois ni sensible ni émotif, les sentiments sont parfois dangereux, ne les exprime pas.

 

 

 

7.      Ne fais pas confiance !

 

 

 

Les autres sont dangereux, ne délègue rien, contrôle tout.

 

 

 

8.      Ne pense pas !

 

 

 

Ne réfléchis pas, copie les modèles, tu ne sais pas juger, tu ne comprends pas, tu es bête.

 

 

 

9.      Ne sois pas enfant !

 

 

 

Ne sois pas drôle et gai, sois sérieux, ne t'amuse pas, prends‑toi au sérieux.

 

 

 

10.  Ne te mêle aux autres !

 

 

 

Garde tes distances, reste seul, ne te livre pas, méfie‑toi, n'aie pas de relation.

 

 

 

11.  Ne sois pas équilibré !

 

 

 

Ne sois pas raisonnable, sois excessif pour te faire rejeter.

 

 

 

12.  Ne grandis pas !

 

 

 

Ne deviens pas un adulte, ne prends pas de responsabilités, ne reconsidère pas ce que tes parents t'ont dit.

 

 

Partager cet article

Repost 0