Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le concept des Drivers a été développé par Taïbi Kahler, un Psychologue Américain. Il a notamment montré que dans la communication, c'est plus la manière de dire les choses que le contenu lui-même qui est le plus souvent à l'origine des conflits, des incompréhensions, des mésententes, ou des blocages.

Étudiant les théories d' Éric Berne, Taibi KHALER a identifié, à partir de ses propres observations et travaux cliniques, 5 groupes comportementaux appelés "DRIVERS". Ce sont des messages inconscients dit "contraignants" que l'on a mis en place dans notre enfance pour obtenir de l'attention et qui programme nos comportements lorsque nous entrons en stress. Le Message contraignant est en effet une sorte de slogan interne à une personne qui, la bouscule dans sa façon de se comporter seule ou avec les autres, et face à ses objectifs. Ces messages contraignants se manifestent dans notre façon d’analyser les événements (notre cadre de référence) et dans nos comportements. A l’origine, transmis par les parents à leurs enfants, leur but est positif. Ce message devient négatif quand il est pris au pied de la lettre et qu’avec cette directive est véhiculé, en sous-entendu, un « sinon… ».

Par exemple: « Sois Fort, sinon tu te feras... ». La plupart d'entre nous ont un ou des des drivers en différentes proportions. 

Ainsi après avoir vu, fais plaisir et fais effort, voyons le dépêche toi, suivront sois parfait et sois fort.

Enfant, notre dépêche-toi a évidemment beaucoup entendu des expressions du type “remue-toi”, “arrête de traîner”, “il faut se dépêcher”, « tu es trop lent », etc. qui sont restées gravées et sont devenues des façons de fonctionner.

Le dépêche-toi est un driver secondaire qui n’est pas corrélé à un type de personnalité particulier (Taibi Kahler a aussi étudié des types de personnalité). Tous les types de personnalité peuvent avoir ce driver.

Le mythe de notre dépêche-toi : « on n’a qu’une vie. Il faut qu’elle soit bien remplie. »

Pour le “dépêche-toi” , le temps est un bien trop précieux pour être gâché inutilement. Très efficace, il sait travailler vite. Il est performant dans l’urgence, en capacité d’obtenir des résultats rapidement. Il fait avancer les projets en allant droit au but et se débarrasse de l’inutile et du superflu. Il prend rapidement des décisions et sait gérer plusieurs dossiers à la fois. Alerte et efficace, c’est un allié de qualité dans des professions d’urgentistes ou d’action. Il est résistant au stress et à la pression. La personne sous l’influence du « dépêche-toi » a la conviction que les actions importantes sont toujours urgentes et que c’est dans l’action rapide et intense que l’on travaille le mieux. Elle retarde le moment d’engager une action. Ainsi elle est obligée de se dépêcher et de courir ce qui fait qu’elle est souvent en retard. Elle explique rapidement en passant sur les détails. Elle répond parfois à une question avant qu’elle soit finie de poser, croyant avoir compris. Elle peut faire des erreurs dues à la précipitation.

 

Un manager de ce type peut aimer régler les problèmes entre deux portes, générer de la tension, en particulier en poussant à la compétition.

 

L'attitude corporelle est marquée par l’urgence : sourcils froncés, yeux fuyants, jambes ou les pieds toujours en mouvement. Il fait preuve d’impatience lorsqu’il doit attendre. Cette personne a un débit et des gestes extrêmement rapides.

Les expressions du « dépêche-toi » sont : allez, allez, il faut y aller, alors... on y va ? Alors, on commence ? D’accord, d’accord, vite, il faut se dépêcher, grouillons-nous, etc.

 

Adepte de la procrastination et de la dernière minute, il peut se montrer très stressant pour son entourage. Il peut être distrait et oublier ses affaires, ou bousculer les autres dans sa précipitation. Il peut parfois s’agiter et s’éparpiller. Le “dépêche-toi” a une fâcheuse tendance à presser les autres pour qu’ils s’adaptent à son rythme effréné et à se montrer impatient, jusqu’à l’excès. Il met ainsi beaucoup de pression sur son entourage. Il peut devenir un persécuteur focalisé sur le temps, qui a tendance à oublier d’expliquer les choses, à éventuellement faire à la place des autres pour gagner quelques précieuses minutes, à mépriser ce qu’il considère comme une lenteur intolérable et à finir ultra stressé et ultra stressant.

 

L’obéissance systématique à ce message amène en effet, agitation et surmenage. On peut aussi observer chez les « dépêche-toi » une alternance d’un état survolté à un état de fatigue.

Notre société peut renforcer le « dépêche toi « . Elle a tendance quelquefois à dévaloriser la réussite qui ne se fait pas dans des délais réduits. Elle peut rajouter de la compétition. On n’a pas le temps ! On veut voir le résultat tout de suite. Il faut être le plus jeune à , celui qui réussit avant tel âge… L’utilisation du web renforce cet état d’esprit.

 

Etes vous un « dépêche-toi » ?

Ressentez-vous de l’irritation lorsque les autres sont lents ?

Avez-vous du mal à patienter, à attendre, à faire la queue dans une file d'attente?

Le silence vous met-il mal à l’aise ?

Pianotez-vous ou tapez-vous des pieds en signe d’impatience ?

 

Pour contrer un message contraignant, il faut se donner des permissions.

Pour vous sentir mieux, réfléchissez aussi à ceci:

Quelles sont les convictions associées pour vous à l’idée qu’il est essentiel d’aller vite?

Ces convictions vous sont-elles utiles?

Dans quelle mesure vous desservent-elles?
Si vous augmentez de 20% le temps que vous vous accordez pour accomplir une tâche, que se passera-t-il
?

 

Dites-vous:

« Je m’autorise à faire les choses plus lentement et à lâcher prise » - j’ai le droit de prendre mon temps

Il vaut mieux gérer son temps et travailler au rythme optimum en utilisant bien le temps dont on dispose.

Quand une personne se donne la permission de gérer son temps, elle a la conviction que la rapidité est utile mais pas toujours nécessaire.
Elle sait qu’agir lentement peut être aussi efficace.
Elle marche à son rythme, intensément, mais sans surmenage inutile.
Elle peut alors faire vite et bien. Elle crée autour d’elle un climat de forte activité dans le calme. C’est une force tranquille, sereine et effic
ace.

 

Et agissez : La gestion du temps est l’antidote du « Dépêche-toi »

Fixez vous des dates cibles dans le temps en prévoyant des marges.
Appliquez-vous à écouter soigneusement les autres jusqu’à ce qu’ils aient fini de parler.
Apprenez à vous relaxer.

 

Et si vous participiez à mon prochain atelier sur la gestion du temps pour de beaux lents demain?

Bonne journée 

Charlotte Fix 

Souvenirs d'enfance en RDA... Jolie Bande Dessinée

Souvenirs d'enfance en RDA... Jolie Bande Dessinée

Partager cet article

Repost 0